Présidentielle: le pouvoir met en garde l’opposition ivoirienne

Le pouvoir met en garde l'opposition ivoirienne

L’opposition ivoirienne organisait un meeting à Abidjan, samedi dernier, tandisque le président Alassane Ouattara et son Premier ministre étaient en tournée à l’intérieur du pays. À Bouaflé, dans la région de la Marahoué, Alassane Ouattara a rendu visite aux autorités traditionnelles locales. Dans la situation préélectorale actuelle marquée par les contestations de l’opposition, le président ivoirien et le chef du gouvernement n’ont pas été tendres envers leurs challengers.

En effet, Alassane Ouattara a fustigé ses adversaires. Il les accuse d’instrumentaliser les jeunes « au lieu de leur trouver des emplois ». Le leader du RHDP dénonce des tentatives de perturbations du processus électoral. « Il faut arrêter de faire peur aux Ivoiriens. Je sais que les appels à la désobéissance civile n’iront nulle part », a-t-il interpellé les opposants.

Abondant dans le même sens, Hamed Bakayoko a lui-aussi vilipendé l’opposition ivoirienne. « Inconscients », « ils incitent à la violence, ils incitent à la rébellion », a dénoncé le Premier ministre. « S’il y a des destructions de biens publics ou privés, le soir on sera à votre maison pour vous apporter la note », a prévenu celui qu’on surnomme Hambak.

La nouvelle mise en garde de Ouattara à l’opposition ivoirienne

À Bouaflé, le président Ouattara s’est pris virilement à ses opposants. Ils accusent ces derniers de vouloir embraser le pays, afin, selon lui, d’assouvir leurs propres intérêts. Le chef de l’État a mis en garde contre une telle intention, tout en permettant de sévir. Sévir, bien sûr, contre toute forme de déstabilisation du pays.

« Les autres veulent le pouvoir pourquoi ? Pour dilapider les fonds de la République à nouveau. Qu’est-ce qu’ils ont fait. Moi je suis fier de mon bilan et je continuerai. Je mets en garde tous ceux qui veulent mettre le désordre. Si c’est ce qu’ils veulent, ils m’auront en face d’eux. », a déclaré Alassane Ouattara, devant les autorités locales. « Les autres n’ont pas été tendre avec moi, mais pourquoi voulez-vous que je leur dise des choses, alors qu’ils n’ont pas été tendre avec moi. Ils racontent des mensonges. Donc, je ne retire aucun mot de ce que j’ai dit. », a-t-il appuyé.

C’est la troisième fois qu’Alassane Ouattara met en garde l’opposition ivoirienne

Comment on peut être jaloux de son propre pays parce qu’on est jaloux du Président ?

Face à la désobéissance civile lancée par l’opposition ivoirienne et la société civile, le Premier ministre ivoirien appelle à durcir les « punitions ». Pour Hamed Bakayoko, l’opposition ivoirienne est tout simplement jalouse du président Ouattara, pour, dit-il, sa brillante gestion des affaires publiques. Dans une déclaration, le protégé d’ADO, tout en vantant le bilan de celui-ci a dénoncé une mauvaise foi de l’opposition ivoirienne.

« Vous avez demandé de ne pas répondre, mais monsieur le Président s’ils continuent, on va vous désobéir un peu. Parce que, ils incitent à la violence, ils incitent à la rébellion, ils incitent à la désobéissance et souvent, ce sont des biens publics achetés chèrement qui sont détruits, des bus qui servent aux populations. Monsieur le Président, nous n’allons plus accepter. Si vous lancer un appel, on se tait parce que nous nous ne savons pas nous venger à moitié, quand nous nous vengeons, nous nous vengeons sérieusement. », a déclaré le Maire D’Abobo.

lire aussi : https://lejournalinfo.com/sports/football-luis-suarez-rejoint-latletico-de-madrid/