Mali/Affaire Sidiki Diabaté : l’artiste paie-t-il pour son soutien à IBK ?

L'affaire Sidiki Diabaté prend une autre tournure

L’affaire Sidiki Diabaté prend une autre tournure. En effet, Ibrahim boubacar Keita (IBK) a été évincé le 18 août dernier par l’armée malienne. Avec lui, s’en va un régime très contesté au Mali. Bien sûr, certains tenants du pouvoir en ont fait les frais, notamment un des fils de l’ex-président lui-même, dont la maison a été pillée. Dans cette configuration, certains veulent croire à un règlement de compte dans l’affaire qui oppose l’artiste Sidiki Diabaté à la justice malienne.

Sidiki Diabaté est une star au Mali. Mais, ces dernières années, sa côte de popularité au Mali a semblé s’effriter. Et pour cause, l’artiste a fait campagne pour IBK, qu’il a soutenu bec et ongle. Même pendant les moments forts de la contestation, il a toujours dévoilé son soutien au président évincé. De quoi donc s’attirer le mépris de certains.

Depuis jeudi, l’artiste est en garde-à-vue, dans le cadre d’une affaire qui l’oppose à son ex compagne. Celle-ci l’accuse de séquestration, blessures volontaires aggravées, violences, etc. Mais pour la défense de la star, c’est un « complot » bien orchestré.

Un complot punitif ?

Alors que des collectifs se réjouissent de la mise en garde-à-vue de Sidiki Diabaté, c’est tout autre humeur chez ses proches. Le camp Diabaté reproche à l’instruction d’être menée à charges, sans respect de la présomption d’innocence. Il s’agirait même d’un « règlement de compte ». « On fait face à un complot », a réagi Djelika Diabaté, la sœur de l’artiste. « On fait face, tout simplement à la destruction de quelqu’un, ce qui symbolise pour eux le « nouveau Mali », c’est à dire en finir avec « l’ancien Mali ». Il faut savoir que Sidiki a battu campagne pour Ibrahim Boubakar Keïta, et aujourd’hui il en paye les conséquences. ».

Sidiki Diabaté étant proche de l’ancien président déchu. À en croire ses avocats, les accusations portées à son encontre permettraient à la junte de fustiger les dérives d’un « ancien Mali » au profit d’un « nouveau ». Un vocabulaire très en vogue actuellement sur internet. Devant l’ampleur de l’affaire Sidiki Diabaté, la partie civile souhaite prendre son temps pour communiquer. Au cours d’une conférence de presse qui se tiendra dans les prochains jours, les avocats de Mariam Sow, l’accusatrice, détailleront les éléments qu’ils ont en leur possession.

L’affaire Sidiki Diabaté très commentée sur les réseaux sociaux

L’affaire Sidiki Diabaté est très commentée sur les réseaux sociaux. Certains ont pris parti pour l’accusatrice alors que d’autres se penchent du côté de l’accusé. En tout cas, pour ce qui concerne ses détracteurs, les commentaires n’ont pas été tendre avec l’artiste malien.

Sidiki Diabaté risque gros s’il est reconnu coupable des faits. Mais, dans l’opinion, surtout sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés en ce qui concerne sa réelle culpabilité. La justice pourrait-elle trancher l’affaire en toute impartialité ?

On attend y voir…

Lire aussi : https://lejournalinfo.com/politique/cote-divoire-le-pouvoir-met-en-garde-lopposition/